Taiwan s’associe avec des annonceurs pour protéger la propriété intellectuelle

37

Le Bureau Taiwanais de la Propriété Intellectuelle (TIPO) va s’associer avec des annonceurs pour combattre les sites internet qui ne respectent pas les droits de la propriété intellectuelle.
Par le passé, c’étaient surtout des sites chinois qui enfreignaient les lois régissant la propriété intellectuelle à Taiwan. Mais un accord interdétroit a déplacé le problème. Aujourd’hui, Taiwan communique avec les autorités américaines sur ce problème, car ce sont les sites américains qui ont remplacé les sites chinois comme principale source de viol de la propriété intellectuelle. Les officiels taiwanais ont eu recours à l’accord cadre sur le commerce et les investissements (TIFA) pour signaler aux Etats-Unis quels étaient les sites contrevenants. Ces sites font aussi partie du mémorandum d’accord (MOU) selon lequel les deux partis s’engagent à travailler ensemble pour protéger la propriété intellectuelle.
Désormais Taiwan emploie une nouvelle méthode pour débusquer les infractions numériques aux droits d’auteur. Cette méthode a été appliquée avec succès aux Etats-Unis, en Angleterre et à Hong Kong. Elle implique de frapper les contrevenants à la source de leurs revenus. Voici comment cela fonctionne : l’Alliance Taiwanaise pour la propriété intellectuelle fournit à l’Association des agences de publicité de Taipei une liste de sites qui ne respectent pas les lois, puis les deux institutions travaillent de conserve pour empêcher les annonceurs de financer par mégarde les sites qui ne respectent pas les lois.
La directrice du Bureau Taiwanais de la propriété intellectuelle, Hung Shu-min (洪淑敏) a expliqué : “En fait, quand une entreprise vous demande de créer une publicité, vous éviterez de la placer sur un site pirate. Cette méthode permet de couper efficacement les sources de revenus des sites qui violent les droits de la propriété intellectuelle et de les faire chuter.”
Les officiels ont déclaré que non seulement cela permettra de protéger les droits de propriété intellectuelle, mais cela permettra aussi aux entreprises figurant dans les publicités de conserver une bonne image. Le bureau de la propriété intellectuelle a déclaré vouloir collaborer avec davantage de créateurs et d’annonceurs à l’avenir. Le bureau est également en pourparlers avec Google, la plus grande plateforme mondiale pour ce qui est de la publicité.