Les deux rives du détroit de Taïwan possèdent les mêmes objectifs et les mêmes ennemis

30

C’est ce qu’a déclaré le premier ministre William Lai (Lai Ching-te, 賴清德) lors de sa première séance de questions-réponses au Parlement. A propos de sa politique interdétroit, le nouveau chef du Cabinet a précisé que sa politique est de « trouver un terrain d’entente en mettant entre paranthèses les différends. » : « Sur le plan des relations interdétroit, ma position est de « trouver un terrain d’entente en mettant entre paranthèses les différends » en espérant remplacer les oppositions par les coopérations et le blocage par les échanges. Les échanges et les coopérations servent de base pour favoriser la compréhension, l’acceptance et la réconciliation pour que les deux rives aboutissent à un réel développement de la paix. A l’avenir, sur le plan diplomatique et interdétroit, le gouvernement respectera le concept de diplomatie pragmatique et de bénéfice mutuel de la Présidente Tsai tout en prenant en considération ses déclarations du maintien de la bonne volonté, de l’engagement et de ne pas se plier à la pression pour mettre en place les différentes politiques. »

William Lai considère que les deux rives possèdent des objectifs et des ennemis en commun. Ces ennemis sont le typhon, le SIDA ou d’autres maladies contagieuses tandis que les objectifs communs mettent l’accent sur le bien-être des populations des deux rives.

 

Le premier ministre a également été invité par les députés à éclaircir sa position sur le statut de Taïwan : « Je suis un ouvrier politique prônant l’indépendance de Taïwan. Néanmoins, je suis également un indépendantiste taïwanais pragmatique. Qu’est-ce que le pragmatisme ? J’estime que nous sommes déjà un pays souverain indépendant dont l’appellation est la République de Chine. Nous ne proclamerons pas séparément l’indépendance de Taïwan. A ce propos, l’avenir de Taïwan est à décider par l’ensemble des 23 millions d’habitants. »