Le CECC estime que Taïwan n’est pas prêt pour l’abolition de la quarantaine à l’arrivée

4
Chuang Jen-Hsiang (莊人祥), porte-parole du CECC (Photo CECC)

Le Centre de commandement de lutte contre les épidémies (CECC) s’est montré prudent quant à la levée éventuelle de la quarantaine obligatoire à l’arrivée pour les voyageurs venus de l’étranger.

Interrogé sur la réciprocité des règles taïwanaises alors que la Corée du Sud vient d’autoriser les voyageurs taïwanais, japonais et macanais à entrer sur le territoire coréen sans quarantaine sous certaines conditions, le porte-parole du CECC Chuang Jen-hsiang (莊人祥) a répondu que Taïwan ne pouvait pour l’instant pas se permettre de faire de même étant donné que la contamination en Corée est de 1722 cas sur un million contre 920 sur un million à Taïwan. 

Chuang Jen-hsiang a ajouté que beaucoup de « travail préliminaire » devait être fait avant que la politique actuelle dite « 3+4 » (trois jours de quarantaine suivis de quatre jours d’autosurveillance de santé) à l’arrivée puisse être transformée en « 0+7 », à savoir pas de quarantaine mais sept jours d’autosurveillance sanitaire.

Le porte-parole a déclaré que le CECC devra d’abord annuler l’obligation pour les étrangers sans permis de séjour taïwanais de se faire dépister dans les 48 heures précédant leur embarquement pour Taïwan.

Autre mesure préalable qui sera adoptée avant l’abolition de la quarantaine, celle de « une personne par domicile » pour la quarantaine, qui passera dans un premier temps à « une personne par chambre ».

C’est seulement après, a précisé le porte-parole du CECC, que Taïwan mettra en place, progressivement, la politique « 0+7 ». Chuang Jen-hsiang a ajouté que l’adoption de cette mesure dépendra aussi du taux de vaccination des jeunes enfants et de l’évolution du nombre de cas de variant BA.5.

Le mois dernier, le CECC avait annoncé qu’au moins 50% des jeunes enfants devraient avoir reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19 pour que les autorités considèrent la possibilité d’alléger les restrictions aux frontières. Or, la vaccination pour ce groupe d’âge est disponible seulement depuis le 21 juillet et lundi, seuls 12,1 % de la population ciblée avaient reçu une dose.

Source:RTI
Auteur:La Rédaction
RTI