Réouverture des frontières : le CECC refuse par crainte de nouveaux variants

1
Renforcement de contrôle à la frontière à partir du 27 juin (photo CNA)

En Europe et en Amérique du Nord, la stratégie de « vivre avec le Covid-19 » semble désormais assumée et une vie normale est en apparence de retour. En Asie, le Japon, la Corée du Sud et Singapour suivent ces modèles. Aujourd’hui la Corée du Sud commence sa première journée de levée d’obligation du port du masque.

Les autorités sanitaires taïwanaises quant à elles, qui ont toujours optées pour amorcer une stratégie d’observation avant action, suit avec un train de retard volontaire la cadence internationale.

C’est également le cas pour les restrictions à l’entrée sur le territoire taïwanais. L’île défend encore un modèle de contrôle épidémique stricte, non plus basé sur le suivi de chaque cas positif de Covid-19, mais sur le nombre de nouveaux cas déclarés quotidiennement. Dans ce contexte, la stratégie locale observée est la quarantaine des cas contacts directs pendant trois jours puis quatre jours d’autosurveillance, stratégie appelée du « 3+4 », et la stratégie des personnes venant de l’étranger consiste à 10 jours de quarantaine à domicile, en centre ou en hôtel de quarantaine, suivi de 7 jours d’autosurveillance, stratégie appelée du « 10+7 ».

Lors d’une audition au parlement ce matin, Tung Chen-yuan (童振源), président de la commission ministérielle des Taïwanais d’outre-mer a indiqué que conformément à l’annonce du ministre de la Santé Chen Shih-chung (陳時中) du 25 avril, la quarantaine se maintient pour toute personne revenant de l’étranger en raison de la crainte d’émergence de nouveaux variants à l’étranger et de risque de surcharge des structures médicales liée à l’assouplissement des mesures pour à la fois les personnes à Taïwan et celles de l’étranger.

Source:RTI
Auteur:La Rédaction
RTI