L’autosurveillance de santé des travailleurs migrants : faille possible dans la prévention contre le Covid-19

6
Photo d’illustration (Photo RTI)

Récemment une travailleuse migrante a été dépistée positive après sa période de quarantaine. Elle effectuait une autosurveillance de santé dans un dortoir d’une compagnie de gestion médicale. Elle y était en contact avec 47 autres personnes. Ce dossier a permis de dévoiler que les 48 travailleurs migrants étaient regroupés dans trois pièces du dortoir.

La ministre du Travail Hsu Ming-chun (許銘春) a indiqué que les compagnies de gestions médicales ne relèvent pas de la compétence de son ministère. Ces compagnies sont en collaboration avec les agences entremetteuses pour l’introduction des travailleurs migrants et elles s’occupent essentiellement de faire passer les examens de santé obligatoire pour les travailleurs migrants qui débutent leur travail à Taiwan. Pour répondre aux questions des médias, la ministre du Travail a déclaré que Taiwan compte actuellement 22 compagnies de gestion médicale et que le ministère prévoit de gérer cette question avec deux mesures à court terme à savoir, la maîtrise de déplacements des travailleurs migrants et la définition plus claire des normes d’autosurveillance de santé comprenant les conditions d’habitations. La mesure sur le court terme vise à sanctionner les employeurs. En attendant, le ministère entend imposer aux compagnies médicales de déclarer auprès du gouvernement le nombre de personnes accueillies chaque jour.

Source:RTI
Auteur:La Rédaction
RTI