60% des victimes taiwanaises de sextorsion sont mineures

67
Stop aux sextorsions (photo RTI)

L’association ECPAT Taiwan créée en 1994 dans le but de prévenir les exploitations sexuelles et la traite des enfants a rendu publiques aujourd’hui ses études sur la pratique de sextorsion à Taiwan en 2019.

Sur les 86 cas recensés en 2019, 66% des victimes étaient encore mineures et dans 70% des cas, les escrocs sont des amis en ligne de leur victime. Selon Chen Yi-ling (陳逸玲), secrétaire générale de l’ECPAT Taiwan, les études menées sur la pratique d’arnaque par sextorsion révèlent que dans 37% des cas, ce sont davantage de photos ou vidéos suggestives qui sont réclamées. 28% des cas visent à contrôler une relation, 22% des cas réclament une rançon et 14% des cas veulent des relations sexuelles.

Chen Yi-ling attire d’ailleurs l’attention des Taiwanais sur les méthodes des escrocs pour obtenir des images ou vidéos intimes : pris en cachette (29,1%), tentation (23,3%) et sous couvert de relations officielles (16,3%). L’étude souligne aussi que les plateformes des jeux interactifs, les médias sociaux et les jobs étudiants sont dans la plupart des cas le lieu de départ de ces sextorsions : « Il faut être particulièrement attentif aux applications ou logiciels interactifs puisque les interactions augmentent la possibilité pour qu’un escroc aborde des mineurs. Cela comprend les jeux, les logiciels de communication ou encore les réseaux sociaux. »

La secrétaire générale de l’association ECPAT Taiwan a par ailleurs souligné l’importance pour les victimes d’avoir le courage d’évoquer leur expérience pour rompre le cercle vicieux des sextorsions. L’association a ainsi mis en place une page Facebook pour que toute victime puisse s’exprimer de manière anonyme : « Grâce à cette page Facebook et un système de publication anonyme, les victimes auront l’occasion de raconter leur propre expérience. Cela leur permettra de sortir du sentiment qui les pousse à s’auto-blâmer et s’isoler afin d’obtenir une réelle assistance. »

Rappel:
On appelle sextorsion tout chantage (via Facebook, Skype ou tout type de réseaux sociaux) par quelqu’un qui menace de diffuser en ligne des photos ou vidéos à caractère sexuel d’une personne, si cette dernière ne paie pas de rançon.