Volcans : découverte d’un nouveau conduit volcanique à Dayoukeng, la plus grande fumerolle des volcans Tatun

312
Cratère du volcan du mont Qixing (photo Flickr Eddy Tsai)

Le 6 juillet dernier, nous vous parlions du bureau de la météorologie qui a commencé à planifier une procédure d’alerte concernant des activités anormales des volcans au début de l’année. Le système est prévu pour être actif d’ici la fin de l’année et doit principalement concerner le groupe des volcans de Tatun et l’île de la tortue pour les municipalités de Taipei, du nouveau Taipei, de Keelung et le comté de Yilan.

Suite à un travail de surveillance et de recherche, une équipe de l’Academia Sinica a identifié par le passé les volcans de Tatun et l’île Guishan (de la tortue) comme étant probablement des volcans actifs. Une récente étude publiée dans Scientific Reports, révèle un conduit volcanique de 2 kilomètres de long et d’un diamètre de 500 mètres au niveau de la fumerolle Dayoukeng, l’une des plus fortes fumerolles des volcans Tatun. Les chercheurs ont observé de l’activité sismique dans ce conduit et ils suggèrent donc de renforcer la surveillance et les mesures préventives dans ces zones.

Pour rappel, avec l’aide du ministère des Science et technologies et du ministère de l’Intérieur, Lin Cheng-Horng (林正洪), chercheur à l’Institut des sciences de la terre de l’Academia Sinica, et son équipe ont mis en place en 2011, l’Observatoire des volcans de Taïwan de Tatun (TVO) qui se trouve dans le bureau de gestion du parc national de Yangmingshan. L’équipe a mis en place divers systèmes de surveillance volcanique en temps réel pour effectuer le suivi des volcans de Tatun et des volcans sous-marins au large des côtes de l’île Guishan.

Suite à la surveillance des activités sismiques et l’évolution de la ou des chambres de magma, l’équipe a par le passé identifié le groupe des volcans de Tatun et de l’île de Guishan comme des volcans actifs. L’étude rappelle que l’observation de nombreux séismes qui se produisent dans une zone particulière reflète souvent une caractéristique géologique active. Des phénomènes sismiques dont la fréquence se répétait par exemple en moyenne toutes les 18 minutes ont déjà été observés dans les volcans de Tatun soutenant encore plus la thèse des volcans actifs. Les chercheurs comparent ces phénomènes au battement d’un coeur.

L’étude précise qu’une amélioration du modèle de localisation des tremblements de terre montre de façon surprenante que, de 2014 à 2017, deux zones sismiques groupées sont identifiées dans la zone des volcans Tatun. L’étude précise que durant cette période, les chercheurs ont produit des images sismiques tomographiques basées sur les données de temps d’arrivée des ondes sismisques P et S enregistrées par 40 stations sismiques dans la zone. Ils ont sélectionné plus de 2000 microséismes parmi ceux enregistrés par les stations à des profondeurs de moins 5 kilomètres. Les images tomographiques obtenues permettent aux chercheurs de mieux comprendre ce qui se passe sous terre.

Tout d’abord, des observations ont été faites au niveau de la fumerolle Dayoukeng. La formation d’un conduit volcanique, caractéristique d’autres volcans actifs dans le monde, a été découverte près de cette fumerolle qui est l’une des plus fortes du secteur. Le conduit est long d’environ 2 kilomètres et d’environ 500 mètres de diamètres. L’autre concentration de phénomènes sismiques se situe près du mont Chihsin entre 0,5 et 2 kilomètres de profondeur, qui est selon l’étude probablement le plus jeune volcan de la zone.

Lin Cheng-Horng a souligné qu’une grande partie de ces tremblements de terre observés se produisent dans le conduit près de Dayoukeng. Il est possible que des gaz volcaniques comprenant de la vapeur d’eau, du dioxyde de carbone ou du sulfide circulent dans des fissures en profondeur. De petits tremblements de terre se produisent alors dans la roche lorsque le gaz y pénètre, en raison de la haute pression, ce qui tend à fragiliser la roche et à long terme, forme un passage.

L’étude souligne de plus que  « Comme la sismicité n’a pas été principalement dominée par des essaims sismiques mais qu’elle a persisté de 2014 à 2017, le conduit de sismicité n’a pas pu être généré soudainement […] le long d’une faille locale. Des cas similaires ont été signalés sur de nombreux volcans actifs, comme le volcan Kilauea à Hawaï, le volcan Sakurajima au Japon, le Vésuve en Italie et la Soufrière à Montserrat. Une partie de la sismicité concentrée peut être directement associée au mouvement du magma, mais d’autres peuvent refléter la sismicité de fond dans la zone volcanique. Quel que soit le mécanisme de déclenchement de ces séismes volcano-terrestres, la sismicité concentrée dans une zone particulière montre souvent qu’un volcan est toujours actif. Comme dans les failles actives, la sismicité concentrée est détectée le long de leurs zones de failles étroites. Par conséquent, la sismicité persistante et stable dans un conduit étroit des volcans de Tatun indique qu’il sont toujours actifs même si aucune éruption n’a été enregistrée dans l’histoire de l’humanité. »

Lin Cheng-Horng a aussi ajouté qu’en supposant que le volcan entre en éruption dans le futur, le magma remontera des profondeurs et trouvera une zone fracturée comme le fait le gaz. Il est donc probable qu’il passera par ce conduit volcanique. Il a également souligné qu’il pourrait y avoir d’autres conduits inconnus à l’heure actuelle, comme sous le mont Chishin.

L’un des principaux avantage d’une telle nouvelle est justement que le fait de connaître l’emplacement du conduit permet aux scientifiques de surveiller et donc d’améliorer la préparation et la gestion des secours dans le cas d’une éventuelle éruption.

Lin Cheng-Horng a déclaré au Liberty Times Net que ce conduit se situait au niveau de Dayoukeng et de Qingtiangang. C’est donc, selon lui, l’arrondissement de Jinshan dans le Nouveau Taipei qui est le plus à risque. Cependant, les quartiers de Beitou et de Tianmu à Taipei doivent aussi prendre en compte ce risque.