Décryptage : Taïwan établit des relations informelles avec le Somaliland

170
Rencontre, en février, entre le ministre taiwanais Joseph Wu et son homologue somalilandais, le ministre Yasin Hagi Mohamoud (Image : ministère des Affaires étrangères)

 

ÉcouterDans le décryptage d’aujourd’hui, retour sur l’actualité diplomatique de la semaine, et en particulier sur l’annonce de l’établissement réciproque de bureaux de représentation à Taïwan et au Somaliland, un territoire non reconnu internationalement et considéré comme sécessionniste par la Somalie mais indépendant, de facto, depuis 1991.

Tout a commencé en début de semaine, lorsque le quotidien Somaliland Chronicle a révélé que la République du Somaliland et Taïwan cherchaient à renforcer leurs relations depuis quelques temps, que les deux pays installeraient bientôt un bureau de représentation chez l’autre partie de façon réciproque, et que le président du Somaliland Muse Bihi Abdi nommerait bientôt un représentant à Taïwan.

Pour rappel, le Somaliland a été un protectorat, puis une colonie britannique jusqu’en 1960 avant de fusionner avec la Somalie italienne lors de l’indépendance. Le territoire s’est autoproclamé indépendant en 1991, sans être reconnu par aucun Etat dans le monde, mais dispose d’un gouvernement, d’un Parlement, et du contrôle de ses frontières, et jouit, de plus, d’une relative stabilité depuis une vingtaine d’années.

Le quotidien a même précisé que Taïwan avait déjà installé, depuis le 6 février dernier, d’un bureau au Somaliland chargé de préparatifs en vue de plusieurs projets de coopération techniques entre les deux pays.

Le lendemain, le ministre taïwanais des Affaires étrangères Joseph Wu organisait une conférence de presse, confirmant les informations rapportées par le journal, et précisant notamment que les deux pays avaient établi des premiers contacts en 2019, et que l’établissement des bureaux de représentation avait pris du retard en raison de la pandémie de Covid-19.

Joseph Wu a également révélé que son homologue, le ministre Yasin Hagi Mohamoud, avait même effectué une visite officielle à Taïwan du 23 au 26 février, emmenant avec lui une délégation et signant même un protocole d’entente.

Le KMT a protesté contre le futur nom du bureau, qui ne devrait pas inclure le nom de « République de Chine » mais seulement de « Taïwan », soupçonnant par ailleurs un « retour de la diplomatie du dollar » dont Tsai Ing-wen s’était targuée de vouloir s’éloigner.