Taiwan révoque l’accréditation de deux journalistes chinoises

54
Les deux journalistes chinoises priées de quitter Taiwan (photo CNA)

Taiwan a révoqué hier l’accréditation de deux journalistes de la chaîne de télévision publique chinoise China’s Southeast Television et leur a ordonné de quitter le territoire aujourd’hui au cœur d’une enquête sur les allégations selon lesquelles plusieurs médias publics chinois auraient installé des studios et produit des talk-shows politiques sur l’île.

Chiu Chui-cheng (邱垂正), vice président de la commission ministérielle des affaires continentales, a indiqué que conformément aux réglementations sur l’accès des Chinois à Taiwan ou sur le travail des journalistes chinois à Taiwan, Taiwan n’autorise plus le séjour de ces deux journalistes en question : « D’après nos informations, les deux journalistes de la chaîne de télévision publique China’s Southeast Television ont violé les réglementations les concernant. Les autorités compétentes ont décidé de ne plus prolonger leur séjour à Taiwan. Elles doivent quitter le territoire aujourd’hui. »

Le ministère de la Culture qui est l’organisme compétent dans ce dossier a indiqué que ces deux journalistes ont produit et animé des émissions elles-mêmes en étant à Taiwan ce qui ne correspondait pas à leur objectif de demande d’entrée sur le territoire qui était la réalisation d’interviews.
Le ministère de la Culture déclare avoir notifié officiellement la chaîne China’s Southeast Television en leur demandant de rectifier la situation et l’agence de l’immigration a décidé de suspendre l’autorisation d’entrée sur le territoire de ces deux journalistes à compter du 3 juillet. Quant au travail des autres médias publics chinois qui produisent des émissions similaires, comme la chaîne CCTV, le ministère déclare respecter les mêmes normes.

Taiwan a ouvert ses portes aux journalistes chinois en 2000 afin de promouvoir les échanges journalistiques interdétroit, leur permettant de couvrir l’actualité locale. Dans ce cadre China’s Southeast Television envoie des journalistes à Taiwan depuis 12 ans.

De son côté, la porte-parole du bureau chinois des affaires taiwanaises Zhu Fenglian (朱鳳蓮) a déclaré aujourd’hui que les autorités du DPP ont brutalement et déraisonnablement réprimé les activités ordinaires de reportage des journalistes des médias chinois, une action qui révèle leur hypocrisie à l’égard de la « liberté de la presse ». Elle demande aux autorités du DPP de suspendre ces mesures faute de quoi elles devront en assumer les responsabilités.