Le DPP reprend le Parlement après des échauffourées avec le KMT

73
Membres du KMT protestant contre la session extraordinaire pour la nomination des membres des Yuans de contrôle et des examens (photo RTI)

Hier, le Kuomintang (KMT) avait occupé le Parlement taiwanais afin d’empêcher la réunion de discussion sur l’organisation d’une session extraordinaire parlementaire.
Ce lundi, le Parti démocrate progressiste (DPP) étant majoritaire a donc pu reprendre le Parlement après une suite d’échauffourées entre les différents membres des deux partis permettant à la réunion d’avoir lieu.

Suite au vote qui a vu 46 votes en faveur de l’ouverture de la session extraordinaires et 28 contre, il a été décidé que la session extraordinaire se déroulera du 29 juin au 22 juillet. Au cours de cette session, les législateurs voteront pour approuver la nomination des membres du Yuan de contrôle et du Yuan des examens. L’agenda de la réunion extraordinaire a été défini.
Le Parlement votera la liste des nominations des membres de la branche des examens le 10 juillet prochain et les nominations des membres de la branche du contrôle le 17 juillet.

Dans ce mouvement de contestation, le président du Parti du Kuomintang Chiang Chi-chen (江啟臣) a visé notamment la nomination de l’ancienne secrétaire générale du palais présidentiel et maire de Kaohsiung Chen Chu (陳菊) à la tête de la branche du contrôle. Selon lui, même si Chen Chu a déclaré son retrait du DPP, sa nomination poserait problème car elle reste une des dirigeantes d’une fraction du DPP. Toujours d’après lui c’est pour cette raison que la capacité de Chen Chu à  rester neutre doit être remise en question. Chiang Chi-chen indique d’ailleurs que pendant son mandant en tant que maire de Kaohsiung, Chen Chu avait fait l’objet 58 à des enquêtes ou des avertissements de la part du Yuan de contrôle. Si elle est nommée à la direction de cette branche de pouvoir, certaines enquêtes ne seront jamais menées jusq’au bout. Le KMT estime d’ailleurs que 90% des personnes nominées par la présidente Tsai Ing-wen (蔡英文) sont proches du camps vert.