La folie du vélo occidentale dépasse les fabricants taiwanais

59

Alors que beaucoup de pays sont désormais en phase de déconfinement et de ralentissement de l’épidémie du Covid-19, les personnes, en manque d’exercice physique se mettent en grands nombres au vélo montrant une forte augmentation  de la demande dans ce secteur ces dernières semaines. Les marques taiwanaises, principaux fabriquants dans ce secteur, sont les plus concernées par cet engouement du deux roues en Europe et en Amérique du Nord. Cependant la demande est telle que les fabricants peinent à répondre à la demande malgré leur grande réactivité.

Les deux marques leaders, Giant et Merida, sont ainsi sur les chapeaux de roues pour ne pas décevoir leurs utilisateurs fidèles aux quatres coins du monde dont les carnets de commandes sont déjà remplis jusqu’à la fin de l’année.

L’Association britannique des vendeurs de cycles a ainsi constaté 20.000 commandes non encore livrées. Aux Etats-Unis, les ventes de vélos de course ou de vélos de ville ont grimpé de 66% en mars par rapport à mars 2019, celles de vélos de loisir de 121%, celles de vélos électriques de 85%, selon le cabinet The NPD Group. Bonnie Tu (杜綉珍), présidente du groupe Giant explique qu’aux Etats-Unis et en Europe, la demande a surtout progressé sur les modèles d’entrée de gamme, les vélos à 1.000 dollars (887 euros) ou moins.

Giant pourra bientôt s’appuyer sur une nouvelle usine européenne qui doit ouvrir en Hongrie pour réduire la dépendance vis-à-vis des sites chinois tout en rapprochant leur production des consommateurs européens.