Justice transitionnelle à la NTU? Pas pour le moment

154
Le représentant des étudiants de la NTU (Photo CNA)

L’Université nationale de Taiwan a tenu le 13 juin une conférence sur les affaires scolaires lors de laquelle la demande du comité des étudiants concernant la création d’un groupe pour la justice transitionnelle a été rejetée avec 24 voix pour et 109 voix contre.

Le comité des étudiants proposait la constitution d’un groupe composé des professeurs en histoire, des représentants des archives de l’université, ceux des étudiants et des enseignants de différentes facultés afin d’ôter des symbôles de l’époque totalitaire du campus.

A l’issue de la conférence des affaires scolaires, un représentant de l’Université a indiqué que lors de la réunion, de nombreux points de vue ont été formulés et un des représentants des professeurs a demandé la suspension des discussions autour du dossier. Son argument principal était que la NTU n’était pas un lieu non régi par la loi de la République de Chine, Taiwan. Le pays disposant déjà d’un cadre juridique sur la justice transitionnelle, il n’était pas nécessaire que l’université constitue sa propre organisation à ce sujet. La demande de suspension a été approuvée à 105 voix pour et 1 voix contre. Les participants ont ainsi procédé directement au vote pour rejeter la proposition du comité des étudiants.

Le représentant des étudiants Tu Chun-Ching (凃峻清) a déploré la décision de la conférence des affaires scolaires en estimant que de nombreuses hostilités de longue date au sein du campus proviennent du fait que la voix des victimes a longtemps été négligée tandis que les coupables n’ont jamais été reconnus.

La proposition du comité des étudiants a suscité des réactions différentes au sein des étudiants. Une partie des étudiants a par exemple lancé une pétition pour la préservation des sites culturels et paysagers du campus.