Le projet de contraception des pigeons de Taipei avorté

123
Pigeon (Image : Pixabay)

Comme beaucoup d’autres villes dans le monde, la capitale taiwanaise fait aussi face à une surpopulation de pigeons. Si ces oiseaux ravissent touristes et promeneurs, ils posent aussi un problème d’hygiène pour la ville. Mais d’où viennent ces pigeons ?

Selon Yuan Hsiao-wei (袁孝維), professeur au sein du département des affaires forestières et environnementales de l’Université nationale de Taiwan (Taida), ce sont chaque année entre 2 000 et 3 000 pigeons voyageurs qui sont relâchés durant les courses, dont seulement une centaine sauraient regagner leurs cages, les autres s’installant dans les parcs et autres espaces verts près des habitations.

Yuan Hsiao-wei ajoute que les pigeons peuvent se reproduire quatre à six fois par an, donnant naissance à deux pigeonneaux à chaque portée. Afin de réduire leur nombre, la mairie de Taipei a lancé en 2017, à titre d’esssai, un projet sur une période de trois ans consistant à donner aux pigeons de la nourriture contenant une poudre contraceptive.

Cependant, selon le service de protection des animaux sauvages de la mairie, l’alimentation des pigeons est loin d’être une tâche facile. Elle doit en efet commencer à cinq heures du matin, en installant une bâche au sol pour y mettre ensuite des aliments mélangés aux poudres contraceptives, en attendant que les pigeons viennent se servir.  Les agents doivent aussi veiller à ce que chaque pigeon puisse prendre continuellement le médicament pendant trois jours consécutifs. Néanmoins, compte tenu de l’humidité et de la chaleur du climat taiwanais, les poudres fondent facilement.

En plus de tous ces facteurs, il faut ajouter le fait que les pigeons sont également bien nourris par les résidents. Chen Ying-hau (陳英豪), directeur adjoint du bureau de la protection des animaux de Taipei, a indiqué que la poudre contraceptive doit être administrée aux pigeons sur une durée de 72 heures alors que dans la nature, il est difficile de faire en sorte que les pigeons ingèrent cette poudre sur une base de 72 heures. A cause de ces difficultés, le bilan de ce projet s’avère aujourd’hui peu satisfaisant.