Les experts taiwanais conseillent de se préparer à la deuxième vague

72
Chan Chang-chuan et Chen Hsiu-hsi représentants de la faculté de santé publique de la NTU (photo CNA)

Avec une tendance à l’accalmie globale, certains pays et régions sont déjà mis en place une politique de déconfinement. Le directeur de la faculté de santé publique de l’Université nationale de Taiwan (NTUCPH), Chan Chang-chuan (詹長權), a rappelé aujourd’hui que des préparatifs étaient nécessaires pour faire face à la menace de la seconde vague pandémique de Covid-19 à l’heure où l’île étudie un assouplissement de mesures.
Il conseille des dépistages sérologiques auprès des personnes arrivées à la frontière ou des personnes des communautés à risques. Ces dépistages sont nécessaires pour connaître la situation de la propagation de la pandémie de Covid-19 et la situation immunitaire des Taiwanais.

Le directeur des programmes d’études de la NTUCPH Chen Hsiu-hsi (陳秀熙), a également avancé l’exemple australien de déconfinement qui utilise une application mobile sur laquelle les utilisateurs peuvent s’inscrire anonymement et autoriser l’application à enregistrer leurs déplacements. De cette manière, si un nouveau cas se déclare, un message d’alerte est envoyé au détenteur de l’application qui a été en contact avec le nouveau cas déclaré.
Pour les plus inquiets, le gouvernement australien rappelle que cette application n’enregistre les données que pendant 21 jours, les données plus anciennes sont automatiquement effacées.

Pour l’instant 40% de la population australienne a téléchargé l’application.

Chen Hsiu-hsi explique le principe : « L’application mobile utilise la règle de distanciation de 1,5 mètres et enregistre chaque infraction à cette règle. Et dès qu’il y a un cas de Covid-19 confirmé, une alerte est envoyée. Cela relève d’une enquête des données épidémiques accompagnée des mesures relatives complètes. Cette pratique explique l’excellence de l’Australie dans le déconfinement, je crois que toutes ces mesures précises aident dans la prévention de l’épidémie . »

Chan Chang-chuan a également mentionné que les pays en déconfinement disposent tous de la capacité d’effectuer en moyenne 10 000 dépistages sérologiques quotidiennement et que cette capacité doit servir de référence lorsque Taiwan étudie l’ouverture de ses frontières.