Un expert taiwanais de la santé estime la fin de la pandémie mondiale à fin juin

444
Chen Hsiu-hsi présentant l'estimation de fin de la pandémie de Covid-19 début mai 2020 (photo RTI)

La faculté de santé publique de l’Université nationale de Taiwan (NTUCPH) multiplie les analyses et études statistiques concernant la pandémie actuelle du COVID-19. En avril dernier, la faculté publiait une étude statistique sur les circonstances nécessaires à une possible épidémie locale à Taiwan.

Ce mois-ci, elle publie une nouvelle étude statistique concernant l’estimation calculée du pic de la pandémie mondiale en cours. Le directeur de la faculté, Chen Hsiu-hsi (陳秀熙), a fait part, lors de son rapport hebdomadaire, de l’estimation calculée par son département de recherche statistique de la fin de la pandémie. Il estime que le pic de montée de cas à l’échelle mondiale est passé depuis le 21 avril dernier avec un niveau approchant les 100 000 nouveaux cas quotidiens. A partir de l’expérience des épidémies précédentes, une pandémie est estimée comme passée lorsqu’elle passe sous la barre de 2000 nouveaux cas quotidiens au niveau mondial. La faculté estime que la barre des 2500 nouveaux cas mondiaux sera atteinte le 22 juin prochain.

Cependant le spécialiste reste inquiet d’une possible deuxième vague qui sera certainement moins importante. Il conseille à Taiwan de ne pas assouplir les mesures d’immigration avant la fin juin et d’adapter les mesures en fonction du taux de positivité de chaque pays au moment venu.

Voici les dispositions proposées lors de la réouverture des frontières pour chaque pays :

Taux de positivité < 0,5% = limite de 30 000 passagers par jour0,5% < Taux de positivité < 1% = limite de 15 000 passagers par jour
1% < Taux de positivité < 1,5% = limite de 10 000 passagers par jour
Taux de positivité > 1.5% = limite très restrictive et contrôlée (de préférence ne pas lever l’interdiction)

Le taux de posivité est le pourcentage entre le nombre de personnes contrôlées et le nombre de personnes testées positives.

Il a également rappelé que les premiers établissements à risques, qui devront conserver des mesures renforcées de prévention lors de la réouverture des frontières et de la reprise des activités, seront les aéroports, les hôpitaux, les restaurants et les hôtels. Les transports en commun seront également très sensibles au retour des passagers.