Percée en recherche médicale: Taiwan développe un nouveau système de régulation génique pour régénérer les tissus

83
Le CRISPR-AI (photo fournie par le ministère des sciences et technologies)

Écouter

Des chercheurs, médecins et scientifiques taiwanais ont développé, pour la première fois au monde, un nouveau système de régulation des gènes bidirectionnels pour contrôler la différenciation des cellules souches et la régénération des tissus.

Cette percée en médecine génique est un atout majeur dans l’approche actuelle de régénération tissulaire et devrait ouvrir aussi de nouveau horizons à la recherche sur les cellules souches.

Pour manipuler l’expression des gènes, le professeur Hu Yu-Chen (胡育誠) de l’Université nationale Tsing Hua à la tête de l’équipe de recherche, a mis au point une première mondiale en médecine génique avec le développement d’un nouveau système de régulation génique bidirectionnel CRISPR-AI pour activer et inhiber simultanément différents gènes dans les cellules souches. Pour cela, les chercheurs ont utilisé une protéine dCas9 et conçu deux échafaudages à ARN guide unique (sgRNA). Le premier sgRNA se lie à la protéine dCas9 et des facteurs de transcription pour cibler le gène Sox9 qui favorise la différenciation des cellules souches en cellule cartilagineuse. Quant au second sgRNA, il se lie aussi à la protéine dCas9 mais cette fois-ci non plus avec des facteurs de transcription mais plutôt ce qu’on appelle des répresseurs de transcription. C’est-à-dire qu’il cible un autre gène, le PPAR-γqui dirige la différenciation des cellules souches vers les cellules adipeuses ou graisseuses.

Une percée majeure tant pour la régénération tissulaire que pour la thérapie des cancers.

Détails de cette avancée médicale dans notre émission Taiwan en ébul’action.