À la découverte de Maître Lu Wen-rui, première partie

350
Maître Lu Wen-rui au mannequin de bois de Bai He Quan (photo fournie maître Lu)

Écouter

Pour cette interview, nous partons à la rencontre d’un des médecin traditionnel les plus respectés de Taiwan, mais aussi maître reconnu : Maître Lu Wen-rui (盧文瑞). Pratiquant depuis son enfance, maître Lu est expert dans différents styles et a eu 7 maîtres différents, comme c’est souvent le cas à Taiwan.
Dans cette première partie de l’interview, nous avons écouté avec autant d’intérêt que lui a pour les arts martiaux, son histoire et comment il a rencontré chaque maître jusqu’à aujourd’hui.

Maître Lu Wen-rui est un expert reconnu des styles dits « externes » Hung Gar, Zonghe Baihe Quan, et Cai Jia Quan. Il n’accepte pas de disciples à part ses enfants et Ghyslain Kuehn, présentateur de cette émission.

Lexique :

  • Wuxiapian 武俠片 : Films d’action ou « de cape et d’épées » très en vogue durant l’âge d’or du cinéma Hongkongais.
  • Bai He Quan 白鶴拳 : Style de la grue blanche. Originaire du Fujian, c’est un des styles les plus présents à Taiwan, et qui compte 6 courants différents, dont le courant « Zonghe ».
  • Zonghe Baihe Quan 宗鶴白鶴拳 : Un des 6 courants du style Bai He Quan. Il a pour particularité d’être très souple avec la force relâchée au tout dernier moment, à l’impact.
  • Tanglang Quan 螳螂拳 : Style de la mante religieuse. Il s’agit d’un des styles les plus emblématiques du Wushu, avec de nombreux courants différents. Il s’agit d’un mélange des pas du style du singe, avec les mains parfois en forme des crochets de la mante religieuse, pour agripper l’adversaire.
  • Taiji Quan style Chen 陳氏太極拳 : Un des 5 styles majeurs du Taijiquan, il est considéré comme le style originel qui donna naissance à tous les autres. Sa particularité est de présenter des accélérations et des frappes puissantes, alternant ainsi avec le travail en lenteur.
  • Fajin 發勁: Principe essentiel du Wushu en général, désignant les « sorties d’énergie », sortes de frappes explosives resultant de la combination de la bio-mécanique corporelle et de l’énergie interne.
  • Hung Gar ou Hung Gar Kuen 洪家拳 : Hong Jia Quan en mandarin, ce style se traduit par style ou poing de la famille Hong. C’est certainement le style de Wushu le plus connu de tous, pratiquants ou non, de part son utilisation systématique durant l’âge d’or des films d’arts martiaux de Hong Kong. C’est un style très puissant mais aussi très complet avec des dizaines et des dizaines de formes différentes, notamment zoomorphiques comme le style du singe ou de l’homme ivre, pour ne citer que les plus connues.
  • Zui Quan 醉拳 : Style de l’homme ivre. Popularisé en grande partie par Jackie Chan dans ses films « Druken Master » 1 & 2 (en français : « Le maître chinois » et « Combats de maîtres »). On y imite le comportement d’un homme ivre pour déstabiliser l’adversaire, avant de le frapper avec des techniques puissantes et très rapides. Maître Zhang Kezhi est d’ailleurs le maître ayant formé Jackie Chan pour le premier opus de la saga Drunken Master.
  • Cai Jia Quan 蔡家拳 : Style / Poing de la famille Cai. Son appellation complète est « Nan Zong Shaolin Cai Jia Quan 南宗少林蔡家拳 » (Style Shaolin du Sud Orthodoxe de la famille Cai). Ce style du sud, très puissant et cherchant l’efficacité martiale pure, obtint cette appellation lorsque le temple de Shaolin était vu comme une base de la rébellion anti Qing. Son nom originel est « Hu Ying Quan 虎鷹拳 » (Style du tigre et de l’aigle).

Émission proposée par Ghyslain Kuehn, rédacteur en chef du site de référence des arts martiaux chinois : www.wukongwushu.com