Plusieurs personnes condamnées pour l’occupation du siège du gouvernement durant le mouvement des tournesols

46

En mars 2014, des étudiants ont pénétré et occupé pendant 23 jours l’hémicycle du parlement pour manifester leur opposition à l’accord commercial sur les services entre les deux rives, qui était sur le point d’être examiné par les parlementaires. Le 23 mars, un leader du mouvement étudiant, Wei Yang (魏揚) et d’autres personnes ont fait irruption dans le yuan exécutif, ont organisé un sit-in de protestation devant la place principale et ont pénétré dans les bureaux du gouvernement. 21 personnes au total ont été accusées d’instigation aux crimes et délits, vol, obstruction aux affaires officielles, et dégradation de biens publics. La première instance avait innocenté Wei Yang et 10 autres manifestants tout en condamnant 11 autres. En appel, la Haute Cour de Justice a aujourd’hui (28 avril) confirmé la peine des 11 personnes jugées précédemment coupables et accusé Wei yang et 6 autres prévenus  d’instigation à commettre des crimes et les a condamnés à une peine d’emprisonnement de deux à quatre mois convertible en amende à hauteur de 1000 dollars taiwainais par jour d’incarcération prononcé (30,73 euros). Seuls Wei Yang et les 6 nouvelles personnes condamnées pourront faire appel de la décision.

Le porte-parole de la Haute Cour, Wang Ping Hsia (王屏夏), a déclaré que les juges estiment que les sept personnes avaient lancé des appels pour occuper le Yuan exécutif en imitant l’occupation du Yuan législatif. Cependant, le siège du gouvernement était équipé de barbelés, de barrières et était défendu par les forces de l’ordre. Dans de telles circonstances, les personnes rassemblées n’auraient pas pu entrer sans recourir à la violence.

Wei Yang (魏揚) a réagi au verdict en soulignant que personne n’a été incité cette nuit-là : « Je pense que les procureurs et les juges nous considèrent comme une foule d’émeutiers qui n’a pas de capacité de réflexion propre et qui ne fait que suivre la masse. Mais je pense que ce n’est pas le cas. Je pense que le jugement d’aujourd’hui est secondaire. Le plus important et dommageable est qu’il insulte tous ceux qui ont participé à l’action cette nuit-là. Non seulement nous les accusés aujourd’hui, mais également le choix fait par des dizaines de milliers de Taïwanais cette nuit-là ont été humiliés. »

Les juges ont réagi en ce qui concerne les droits de désobéissance civile ou de résistance prônés par Wei Yang et d’autres. Selon eux, Taiwan est un pays régi par la démocratie et l’État de droit et le gouvernement représentatif n’était pas en disfonctionnement. Le jugement mentionne ainsi qu’il existait des moyens légaux de résoudre les désaccords.

Notons que 22 personnes avaient été traduites en justice pour l’occupation du Parlement avant d’être acquittées en mars 2017. Ce jugement avait été confirmé en appel en mars 2018. La Haute Cour a estimé à l’époque que lorsque les députés échouent à assumer leur responsabilité en reflétant l’opinion publique, ils s’exposent aux critiques et aux réactions du peuple. La liberté d’expression est à respecter.