Rencontre avec Maître Lee Chang Chih – Première Partie

357
Maître Lee Chang Chih en position de Taijiquan style Chen - Crédit Photo : Lee Chang Chih

Écouter

Début de notre série de rencontres avec des maîtres de Wushu peuplant Taiwan. Une des particularité des maîtres de Formose est que la plupart d’entre eux maîtrisent plusieurs styles différents. La superficie de l’île et la concentration d’experts répartis sur le territoire facilitent cette pluralité des pratiques.
Pour cette première partie de l’interview de Maître , nous nous sommes intéressés d’abord à son histoire personnelle, avant de comprendre sa vision dans la deuxième et dernière partie de l’interview diffusée prochainement.
Maître Lee Chang Chih enseigne principalement le Taijiquan style Chen, ainsi que le Qigong, deux styles de Wushu très axés sur l’amélioration de la santé musculaire, osseuse, tendineuse, nerveuse, mais aussi excellents pour le renforcement des organes internes.
Émission proposée par Ghyslain Kuehn, rédacteur en chef du site de référence des arts martiaux chinois : www.wukongwushu.com
 
Lexique :
  • Wushu : Arts Martiaux (Chinois)
  • Kung Fu / Gong Fu : Maîtrise obtenue suite à un long travail et apprentissage
  • Koxinga (ou Zheng Chenggong) : Ancien pirate devenu leader des premières troupes Ming, Il vainquit les troupes hollandaises installées à Taiwan, et y fonda la dynastie des Zheng.
  • Taijiquan style Chen : Considéré comme la base de tous les autres styles de Taijiquan, le style Chen a pour particularité de contenir des accélérations et « lâchés de force » explosifs.
  • Qigong : Style interne se concentrant sur la respiration combinée à des mouvements précis dans le but, notamment, de renforcer les organes internes.
  • Zhanquan : Style de Wushu du sud, très rare, il se concentre sur le renforcement de la paume pour pouvoir frapper durement, voire casser avec.
  • Bei Shaolin Quan : En français « style Shaolin du nord », il est caractérisé par des techniques amples et des positions très ouvertes.
  • Mabu : Appelée en français « position du cavalier », il s’agit de la position de base la plus importante du Wushu. En plus de renforcer les jambes et les muscles fessiers, elle renforce également le mental, car très douloureuse pour le corps. Elle se pratique les deux jambes ouvertes, genoux à l’extérieur, pieds parallèles entre eux et cuisses parallèles au sol, formant un angle de 90° entre les cuisses et les mollets.