Quarantaine à domicile et géolocalisation

58
Smartphone Photo : AFP


Écouter

A Taiwan, les mesures de quarantaine se sont renforcées, notamment depuis plusieurs jours avec l’obligation pour toute personne revenant de l’étranger de se placer deux semaines en quarantaine. Outre des amendes, les autorités de santé utilisent, entre autres, la géolocalisation de téléphones portables pour s’assurer du respect des quarantaines. Elles s’appuient notamment sur des technologies de géolocalisation des téléphones portables et données des opérateurs de télécommunication. C’est cet aspect technique qui est traité dans cette émission.

Les numéros de téléphone portable de personnes en quarantaine sont surveillés par le centre de contrôle des maladies (CDC) et par d’autres entités qui en ont obtenu l’autorisation par ce dernier. Un téléphone et un numéro sont fournis en cas de besoin. Via la plateforme de surveillance, les employés du CDC ont accès à des cartes indiquant, par exemple, la localisation des téléphones ou le nombre de personnes infectées dans chaque arrondissement. 

Techniquement, la plateforme utilise un suivi par triangulation avec les signaux des stations de base. Une fois équipé d’une carte sim, le téléphone se connecte à la station de base la plus proche avec le signal le plus fort. L’emplacement du téléphone est alors déterminé par les distances entre trois stations de base et le téléphone. Tant que l’utilisateur laisse son téléphone allumé ou ne le passe pas en mode avion, il est donc possible de connaître sa position.  Il est aussi possible d’obtenir les informations des enregistrements des connexions d’un téléphone aux stations de base car elles sont stockées un certain temps par les opérateurs de télécommunications.

La notion de clôture électronique correspond donc en partie aux différentes stations auxquelles un téléphone doit apparaître.  Si cela change, les autorités en sont averties. Restent à elles de veiller à ce que la personne en quarantaine reste à proximité de son téléphone. Pour cela, les autorités contactent les personnes en quarantaine. L’appel est aussi l’occasion de prendre des nouvelles de l’état de santé de la personne à domicile, de proposer assistance ou réapprovisionnement. 

Cependant, l’urgence de la crise sanitaire mondiale pose un nouveau défi aux autorités en ce qui concerne la protection et l’usage des données personnelles d’autant plus que cette technologie a attiré l’attention de pays étrangers. La triangulation n’est généralement utilisée que dans des cas extrêmes ou d’urgence, déjà réglementés et encadrés : recherche d’un criminel, personne disparue, catastrophe naturelle, etc. 

Pour aller plus loin dans la compréhension de la gestion de l’épidémie et de l’usage des technologies et données à Taiwan :