Comment Taiwan a réussi à tripler sa production de masques

756
Fabrication de masques de protection (archives CNA)

Après avoir contrôlé la distribution des masques, tout en augmentant les lignes de production, le gouvernement taiwanais a réussi à atteindre 13 millions d’unités produites par jour, à partir d’une capacité journalière de 4 millions avant l’épidémie.

Une centaine d’ingénieurs à la rescousse

Dans les parcs industriels du nord de Taiwan, c’est tout un contingent de plus d’une centaine de techniciens qui ont œuvré sans relâche ces six dernières semaines pour assembler les lignes de production commandées par le gouvernement pour répondre aux besoins en augmentant la capacité de production. C’est un total de 92 lignes supplémentaires de production qui ont été assemblées et mises en service rapidement pour permettre de tripler la production et atteindre les 13 millions de masques chirurgicaux.

Recrutés dans diverses compagnies de tout le pays, ils ont formé ce noyau importé qui a même été comparés dans les médias locaux de « l’équipe d’élite nationale d’ingénieurs » dont la contribution importante a été saluée par la Chef de l’Etat Tsai Ing-wen (蔡英文).

Chen Yu-hsu (陳宇旭), directeur d’usine chez Posa Machinery à Taichung, a par exemple apporté son expertise et transmis son savoir-faire dans la fabrication de précision, secteur où il a fait toute sa carrière. Bien que l’assemblage de lignes de production de masques chirurgicaux représente un défi pour lui, puisque c’est quelque chose de nouveau, il s’est déclaré fier et « honoré de pouvoir servir son pays encore à son âge », lui qui a 63 ans cette année.

Un honneur certes, mais surtout une mission collective qui éloigne ces techniciens-ingénieurs des leurs pour lutter contre le COVID-19. Hsu Hao-tung (徐浩東), un ingénieur du comté de Taoyuan n’hésite d’ailleurs pas à comparer cette situation à celle d’un service militaire. Quand le coup de blues le prend, il se répète les paroles de son épouse comme un refrain : « les bonnes actions attirent le bon karma… » quand son fils se dit fier d’avoir son père à la télévision.

Mobilisation nationale

Le premier cas de COVID-19 à Taiwan a été confirmé le 21 janvier entraînant en quelques jours seulement un vent de panique, les Taiwanais achetant rapidement des masques chirurgicaux. Les rayons vides ne pouvaient plus être approvisionnés. En réponse à la pénurie, le gouvernement a interdit les exportations de masques chirurgicaux dès le 24 janvier et mis en place un contrôle de la gestion de la distribution des masques le 31 janvier. Le rationnement des masques était inéluctable et la distribution a été limitée à deux masques par adultes par semaine, et trois masques pour les enfants dès le 6 février.

Dans le même temps, un budget de 200 millions de dollars taiwanais (6,66 millions de dollars américains) a été débloquer pour acheter des lignes de production de masques afin d’enrayer au plus tôt la pénurie et éviter la propagation de l’épidémie. Des usines ont même été désignées dans les parcs industriels pour assembler ces nouvelles lignes de production sur lesquelles le nouveau contingent d’ingénieurs s’attelait.

En un mois de temps, cette mobilisation nationale a permis la constitution de 60 lignes et leur mise en route. Un temps record quand on sait qu’en temps normal, c’est l’équivalent de 4-6 mois de travail !

Chaque nouvelle ligne de production étant capable de fabriquer 100 000 masques par jour, la production journalière est passée de 4 millions à 10 millions à la mi-mars. Le rationnement a alors été légèrement assoupli (un masque de plus par personne et par semaine, mise en place d’une plateforme d’achat de masques en ligne) et les exportations de masques ont pu reprendre pour le secteur privé, même si la production restait insuffisante pour la demande locale…

Le gouvernement a poursuivi ses investissements pour engager une 2e phase d’assemblage de lignes de production.

Prêts à aider

Au total, la 2e phase initiée le 6 mars doit ajouter 32 lignes de productions. Soit 92 lignes installées pour atteindre les 13 millions de masques journaliers d’ici le début du mois d’avril. Une mission que la plupart des acteurs pensaient impossible au départ et qui est pourtant sur le point d’être menée à bien par cette équipe d’élite nationale d’ingénieurs ainsi que par les techniciens des usines réquisitionnées qui se disent même prêts à continuer leurs efforts pour que Taiwan, une fois son approvisionnement en masques chirurgicaux stabilisé, puisse venir en aide aux autres pays touchés par la pandémie.