Les resquilleurs de quarantaine à Taiwan

329
Fenêtre par laquelle s'est échappé certains des immigrants clandestins vietnamiens (photo CNA)

Cet article récapitule les différentes histoires de « resquilleurs de quarantaine » à avoir été sanctionnés par les autorités taiwanaises depuis le début de la pandémie mondiale du COVID-19 ou autrement appelé nouveau coronavirus.

Ceci n’est pas un encouragement à faire de même, les peines encourues, depuis le 25 février dernier, s’élèvent de 100 000 dollars taiwanais à 1 million de dollars taiwanais soit de 3100 euros à 31000 euros.
Pour rappel, le gouvernement géolocalise votre téléphone ou vous en fournit un avec une puce et un confinement strict. Un témoignage sur le groupe facebook des étrangers de Taiwan racontait encore cette semaine la mésaventure d’un américain mis en quarantaine à son arrivée qui, suite au fait d’avoir mis son téléphone en mode avion la nuit par habitude, a vu les policiers arriver chez lui à sept heures du matin en tambourinant à la porte. La confrontation à l’ouverture de la porte fût plutôt mouvementée avec, d’un côté, des officiers parlant en chinois sur un ton très impératif, et de l’autre, l’américain au réveil ne comprenant ni la situation ni un mot de ce qui lui était dit.
Le point à rappeler est que ce téléphone doit être chargé et avoir du réseau en toutes circonstances, si vous ne voulez pas vivre ce type d’expérience.
Alors l’attitude cavalière des autorités est certes surprenante, mais elle est néanmoins compréhensible, compte tenu de l’attitude récente de certains taiwanais et étrangers lors de leur période de quarantaine.

C’est ce dont nous allons parler dans cet article pour voir les méthodes des autorités taiwanaises pour contenir et contrôler les resquilleurs et les différents degrés d’infraction.

Et nous allons commencer par vous rappeler la loi qui a été votée par le Yuan légistatif le 25 février dernier. Un article plutôt inconcevable en France par exemple, au titre de l’atteinte aux libertés individuelles. Cette loi permet aux autorités plusieurs choses concernant les personnes qui voudraient enfreindre les règles de confinement et de quarantaine liées à cette période spéciale qu’est celle de l’épidémie de COVID-19.

Cette nouvelle loi permet au chef du Centre de commandement de lutte contre les épidémies de divulguer des vidéos, photos ou détails sur l’identité d’une personne qui aurait enfreint son confinement ou sa période de quarantaine.

Cette loi précise que ceux qui seraient en violation avec les règles de quarantaine à domicile peuvent encourir des amendes s’élevant de 100 000 à 1 million de dollars taiwanais contre 10 000 dollars taiwanais à 150 000 dollars taiwanais stipulés dans la loi sur le contrôle des épidémies.
Elle précise également que ceux qui seraient en violation avec les règles d’isolement à domicile peuvent encourir des amendes s’élevant de 200 000 à 1 million de dollars taiwanais. Une infographie est disponible sur le site du service français de Radio Taiwan International pour rappeler la différence entre la quarantaine et l’isolement à domicile.
D’autre part dans cette révision de loi, le gouvernement a augmenté les sanctions pour les personnes qui essaieraient de gonfler les prix de matériel de première nécessité dans le cadre de l’épidémie. Les personnes qui commettent de telles actions encourent 5 ans de prison et 5 millions de dollars taiwanais d’amende. Quant à ceux qui dissémineraient de fausses informations sur le sujet, ils risquent 3 ans d’incarcération et 3 millions de dollars taiwanais d’amende.

Il y a actuellement près de 40 000 personnes en quarantaine à Taiwan. Il y a également 235 personnes confirmées comme étant atteintes du nouveau coronavirus et 2 personnes décédées des suites de l’infection.

Il faut rappeler que la plupart des personnes soumises à ces conditions restent respectueuses et que seuls certains cas rares ont des comportements irresponsables. Cependant le gouvernement taiwanais veut toujours avoir une longueur d’avance et c’est pour cette raison qu’il a annoncé aujourd’hui la mise en place de restrictions sur les rassemblements de personnes à 100 personnes pour des rassemblements en intérieur et 500 personnes en extérieur.

La plupart des personnes qui ne respectent pas le confinement le font pour de petites infractions, aller acheter à manger au magasin de proximité du coin ou encore prendre leur scooter pour aller acheter une boisson au thé.
Mais certains y sont allés plus fort, je vais revenir sur les quelques cas qui ont fait les titres de la presse récemment. Il y a désormais déjà 4 personnes qui ont été sanctionnées pour avoir quitté leur domicile alors qu’elles étaient en situation d’isolement à domicile. Les 4 personnes se sont vues attribuer la sanction maximale d’un million de dollars taiwanais, soit près de 31000 euros.

Mais ce n’est pas tout, d’autres personnes n’ont pas eu de contravention mais seulement un avertissement.

C’est le cas de la femme de Luzhou.

La femme de Luzhou partie faire des courses à scooter

C’était le 22 mars dernier, une femme a été interceptée en scooter par un policier après avoir notifié que le scooter était enregistré au nom d’une personne qui devait être en isolement à domicile. Après avoir entamé la conversation avec le policier qui lui a demandé si elle ne devait pas être en quarantaine, sa première réponse a été de dire qu’elle allait juste s’acheter quelque chose à côté car elle habite à côté. Le policier lui répond qu’elle est hors la loi mais elle a trouvé comme excuse qu’elle n’avait personne à la maison pour l’aider à acheter à manger. La femme ne recevra au final qu’un avertissement.

L’incident a eu lieu à Luzhou dans le Nouveau Taipei.

Le fêtard en discothèque

La veille au soir c’est un homme de 35 ans qui est retrouvé dans une boite de nuit du quartier de Da’an à Taipei. Cette fois, le resquilleur a été beaucoup plus loin, en plus de s’être rendu en boite de nuit, il a intentionnellement abandonné le téléphone portable de localisation chez lui. Une descente de police et un contrôle généralisé de tous les occupants de l’établissement a été effectué par les forces de l’ordre. Lorsqu’ils ont trouvé le resquilleur, il a été condamné à l’amende maximale d’1 million de dollars taiwanais. Le jeune homme venait apparemment du Nouveau Taipei et était rentré d’un séjour en Asie du Sud-est le 18 mars dernier.

Suite à cet incident, de nouvelles mesures ont été prises par la police qui a connecté sa base de données à celle de l’immigration permettant de créer une alerte rapide si une personne devrait être en quarantaine.
La police a voulu rassurer en disant que les établissements de nuit ont déjà des mesures de sécurité renforcées à l’entrée pour inspecter les personnes avec identité et contrôle de la température.

Le récalcitrant de Taoyuan

Cela se passe cette fois-ci à Taoyuan le 12 mars dernier. C’est un jeune homme qui était parti pour un voyage de courte durée dans une zone de niveau 3 de contamination de la maladie. A son retour, il montre beaucoup de résistance pour accepter sa mise en quarantaine. Il a d’ailleurs été pris à 4 reprises par la police en train d’essayer de s’évader. Il a été condamné à l’amende de 1 million de dollars taiwanais mais également placé dans un centre de quarantaine surveillé.

L’absent de Hsinchu

Nous arrivons au précurseur de cette série de personnes qui ont resquillé. Après avoir disparu pendant près de 3 jours, ce jeune homme de Hsinchu était parti en balade dès le 25 février dans Taipei à son retour de Xiamen à l’aéroport de Zhongshan. Dès sa sortie de l’aéroport il est parti chercher sa voiture à Taoyuan puis s’est rendu dans le quartier de Ximen pour ensuite rester dans un hôtel pendant trois jours sans laisser même des nouvelles à ses parents. Le jeune homme a prétexté qu’il ne voulait pas mettre en danger ses parents et que c’est pour cette raison qu’il a agi ainsi.

Les 6 Vietnamiens

Ce sont les derniers resquilleurs en date. Récemment 31 Vietnamiens clandestins ont été retrouvés sur un bateau en provenance du Vietnam au large de l’île de Xiao Liuqiu. Après avoir été interrogés par les autorités locales, les ressortissants vietnamiens ont été accompagnés dans deux sites de quarantaine du gouvernement. Un des deux sites se trouvait à Taichung. Hier, le bureau des Gardes côtes a annoncé que 6 des clandestins vietnamiens se sont évadés du centre de quarantaine de Taichung. Les autorités ont signalé qu’aucun des immigrés illégaux ne présentait de symptômes du nouveau coronavirus.
Deux autres ont été retrouvés plus tôt aujourd’hui.