La perpétuité incompressible pour pallier la peine de mort

50
(Photo Wikimedia Commons)

Le Yuan législatif a invité ce lundi le secrétaire général du Yuan judiciaire, Lin Hui-huang (林輝煌) et le ministre de la justice, Tsai Ching-hsiang (蔡清祥), à présenter un rapport sur la peine de mort portant sur la thématique « Justice – Peine de mort ou pas, qui cela protège ? ».

Lors de la séance de questions réponses, la député du Kuomintang Wu I-ding (吳怡玎) a expliqué qu’actuellement les juges ne donnent pas réellement la sentence de la peine de mort et que le ministère de la Justice ne l’exécute plus non plus. Donc sa question était s’il était possible de mettre en place une mesure pour donner une peine incompressible de prison à vie offrant au juge un autre choix de sentence. Le ministre de la Justice a répondu que son ministère n’était pas contre cette proposition mais qu’elle demande une discussion plus approfondie sur le sujet qui doit se faire en présence de différentes parties concernées. Il a également souligné le problème que lève cette proposition : « On peut y réfléchir, cependant cette solution a également un point faible, si la peine est incompressible, l’éducation du prisonnier présentera un gros problème, les prisonniers se moqueront de tout ce qu’on leur dit, car de toute façon ils n’auront pas de remise de peine, donc inutile d’agir pour une réinsertion à la société. Cela entraînera encore un autre problème, il faut donc que plusieurs parties y réfléchissent ».

Il y a actuellement 39 prisonniers condamnés à mort à Taiwan, et le plus ancien cas remonte à il y a 20 ans. Les statistiques montrent que l’abolition de la peine de mort n’est toujours pas soutenue par la majorité de l’opinion publique mais que 25% des Taiwanais accepteraient la condamnation à perpétuité incompressible. Un député propose d’ajouter des peines incompressibles à des crimes majeurs et d’organiser un référendum sur l’abolition de la peine capitale tous les dix ans.