Le gouvernement tchèque condamne la tentative de pression de Pékin

48
Le maire de Prague Zdeněk Hřib et le maire de Taipei ko Wen-je (Image : Facebok)

La crise diplomatique entre la République tchèque et la Chine continue après que l’ambassadeur chinois à Prague a envoyé, en début d’année, une lettre de menace au président du Sénat tchèque.

Jaroslav Kubera, ancien président du Sénat décédé entre temps des suites de maladie le 20 janvier dernier, avait reçu une lettre de menace de l’ambassadeur chinois Zhang Jianmin après que Kubera avait exprimé son intention de se rendre à Taiwan pour une visite.

Zhang Jianmin menaçait, dans cette lettre envoyée le 10 janvier, de sanctions exercées par Pékin contre des entreprises tchèques présentes en Chine comme Skoda ou Home Credit. L’initiative a irrité le gouvernement tchèque, et son premier ministre Andrej Babis est même allé jusqu’à demander le remplacement par Pékin de son ambassadeur à Prague.

Hier, plusieurs représentants tchèques dont le président Zeman, le premier ministre, les présidents du Sénat et de la Chambre des représentants, le ministre de la Défense ou encore le ministre des Affaires étrangères se sont réunis dans le but de coordonner la politique étrangère du pays.

A l’issue de cette réunion, le gouvernement tchèque a fait une déclaration en condamnant toute tentative de pression de la part de Pékin, ajoutant que les deux pays devaient respecter leur souveraineté respective et que les décisions diplomatiques tchèques se faisaient dans l’intérêt du pays, sans besoin de s’adapter à un tiers.

Enfin, si aucune visite future du président du Sénat n’a pour l’instant été évoquée, le gouvernement tchèque a précisé qu’il souhaitait continuer à entretenir de bonnes relations de coopération avec Taiwan.