Le New Power Party appelle le gouvernement à ne pas détruire la loi sur la planification territoriale

12
Source : Rti

Le conseil des ministres, via le ministère de l’Intérieur, a récemment adopté un projet d’amendement à certaines dispositions de la loi sur la planification territoriale afin de permettre des changements dans le cadre de grands projets de construction nationaux approuvés par le gouvernement. Le ministère de l’Intérieur justifiait cette proposition par le fait que si les projets de construction du gouvernement n’étaient pas réalisables faute d’incompatibilité avec la loi sur la planification, alors cela poserait des problèmes de développement national. Le gouvernement a aussi précisé que le processus sera ouvert à la participation du public.

Cependant, plusieurs voix se sont levées et expriment des doutes sur le fait que les grands projets ne seront plus contrôlés à l’avenir, ce qui constituerait un sérieux recul. Le New Power Party a tenu une conférence de presse aujourd’hui pour s’opposer fermement à cet amendement et demander au gouvernement de ne pas détruire la loi. Chiu Hsien-chih (邱顯智), chef du groupe parlementaire du New power party, a réagit à ce projet d’amendement : « L’amendement de cette loi est simplement une carte blanche. Faudra-t-il 5, 10, 20 ou 30 ans pour réaliser un plan du territoire ? Une telle loi n’a plus de sens. Nous sommes bien entendu fermement opposés à cette loi qui permet au gouvernement de s’accorder une carte blanche et de développer ce qu’il veut

Chiu Hsien-chih a ajouté que l’amendement modifierait les procédures d’élaboration et de révision des plans de zonage des villes et comté en modifiant notamment leur élaboration sur « deux ans » à une durée « achevée dans un certain délai ». Selon Chiu Hsien-chin, le projet d’amendement permet d’ailleurs d’exclure les grands projets de construction de la révision générale quinquennale ce qui détruit entièrement la notion de planification territoriale.

Une autre membre du parti, Chen Jiau-hua (陳椒華), a quant à elle souligné que la planification territoriale a déjà été assouplie concernant les réglementations sur les exploitations et que les constructions majeures avaient toujours manqué de participation démocratique. Pour elle, la révision de la loi permettra au gouvernement central d’amener les gouvernements locaux à eux aussi détruire des terres.