Les dirigeants japonais et canadien demandent l’intégration de Taiwan dans l’OMS

62
Le premier ministre canadien Justin Trudeau (Image : REUTERS/Blair Gable)

Alors que l’épidémie du nouveau coronavirus (2019-nCoV) continue de se propager et que le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a récemment refusé de répondre aux questions des journalistes concernant l’exclusion de Taiwan de l’organisation, deux dirigeants viennent d’afficher leur soutien à la participation de Taiwan dans la lutte contre l’épidémie.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré au Parlement canadien, le 29 janvier (heure locale), soutenir la participation de Taiwan à l’OMS en qualité d’observateur. Le premier ministre japonais Abe Shinzo, quant à lui, a répondu ce matin à une question du parlementaire Otokita Shun à la Chambre des conseillers de la Diète sur la position officielle du Japon concernant l’exclusion de Taiwan de l’organisation.

Le chef du gouvernement a déclaré que dans un contexte d’épidémie, Taiwan devait être autorisé à intégrer à l’OMS, au risque de rendre difficile le maintien de la Santé dans la région et la prévention de la propagation de l’infection.

La Chef de l’Etat Tsai Ing-wen (蔡英文) a exprimé sa gratitude envers ces dirigeants et la porte-parole du ministère taiwanais des Affaires étrangères Joanne Ou (歐江安) a remercié le Japon et son premier ministre pour leur soutien, avant de rappeler que l’épidémie n’avait pas de frontière, et que les considérations politiques ne devaient pas primer sur la santé et la sécurité humaines : « Nous demandons à l’OMS de s’appuyer sur des considérations professionnelles, et invitons nos experts à participer à toutes les réunions sur l’épidémie du nouveau coronavirus. Nous demandons à l’OMS d’inviter Taiwan à participer à l’Assemblée mondiale de la Santé (AMS) en qualité d’observateur, et à intégrer Taiwan à tous les mécanismes et réunions de prévention. »

Joanne Ou a précisé que les experts taiwanais devaient être mis au courant des dernières informations concernant l’épidémie afin d’optimiser leur travail de prévention dans le pays, mais aussi de partager leur expérience en matière de prévention avec le reste du monde.