Règlement de comptes entre Taiwan et Hong Kong sur l’affaire du braqueur taiwanais

18
Criminel en liberté (photo pixabay)

En octobre, un Taiwanais avait braqué un horloger du quartier de Tsim Sha Tsui à Hong Kong avec un pistolet à air comprimé. Il avait emporté deux montres d’une valeur de 990,000 dollars hongkongais soit près de 120,000 euros. Rentré le jour même à Taiwan, la police taiwanaise a arrêté le braqueur présumé peu de temps après son arrivée.
Apparement, il n’en est pas à son coup d’essai car il est suspecté d’avoir commis d’autres crimes et infractions en Asie du sud-est.
Selon la loi taiwanaise, les suspects de vols commis à Hong Kong et Macau peuvent comparaitre et être jugés dans une cour taiwanaise.
Récemment Taiwan avait critiqué Hong Kong de ne pas coopérer pour leur apporter une assistance juridique en refusant de transmettre des éléments pour compléter l’enquête effectuée à Taiwan rappelant par la même occasion le dossier du meurtrier hongkongais Chan Tong-kai (陳同佳) pour lequel Taiwan avait le même type de reproches.

Ce dimanche soir dans un communiqué tardif, Hong Kong s’est fermement opposé aux attaques du gouvernement taiwanais et a qualifié les déclarations répétées « d’irresponsables » puisque Taiwan sait pertinement qu’ Hong Kong ne possède pas de loi pour permettre une coopération bilatérale juridique avec Taiwan.