Première collection intelligente dans un musée taiwanais

12
inauguration du premier centre de collection des objets archéologiques intelligent au musée de la Préhistoire (photo bureau du Patrimoine)

Afin de gérer les objets archéologiques de Taiwan au niveau national, le bureau du Patrimoine du ministère de la Culture a confié le lancement du « programme national de conservation des objets archéologiques » au musée national de la préhistoire. Ce programme prévoit l’établissement de quatre centres régionaux de collection au nord, au centre au sud et à l’est. Le centre de cette dernière région ayant été confié au musée national de la Préhistoire situé à Taitung. Le centre de collection de l’est est inauguré ce lundi par le directeur du bureau du Patrimoine, Shy Gwo-long (施國隆) et la directrice du musée Wang Chang-hua (王長華).

Ce tout premier centre est également le tout premier à utiliser officiellement un archivage intelligent. Parmi la liste de nouvelles technologies introduites dans ce nouveau centre on peut trouver un système de reconnaissance faciale, des capteurs RFID, des appareils de contrôle de la température, des caméras de surveillance de l’environnement ou encore des vitrines intelligentes.

Ces nouvelles technologies sont perçues comme des améliorations sur plusieurs plans car elles permettent non seulement de remplacer tous les travaux manuels et administratifs fastidieux mais aussi d’améliorer le nombre d’informations récoltées et la prévention de catastrophes.

Le directeur du bureau du Patrimoine dépendant du ministère de la Culture a annoncé que tous les centres de collection des objets archéologiques seront équipés des systèmes intelligents : « Peut-être l’année prochaine, nous installerons le même système à la faculté d’Anthropologie de l’université nationale de Taiwan du professeur Chen, ce sera sûrement l’année prochaine. Peut-être durant l’année prochaine l’antenne du centre de Taiwan sera mis en place au musée des Sciences naturelles. Pour l’antenne du sud, le musée d’archéologie du parc technologique du sud de Taiwan vient seulement d’être inauguré, peut-être qu’à l’avenir une collaboration entre l’Academia Sinica et les musées au parc technologique du sud est envisageable.»

A l’avenir le programme de conservation sera également plus étroitement intégré aux principales unités de recherche archéologique et universitaires nationales, afin de faciliter l’intégration et les échanges des données numériques, ce qui rendra le patrimoine culturel national plus accessible au public, et par la même occasion faciliter l’accès aux données des chercheurs et spécialistes.