Appel à la préservation de la démocratie à la veille du 40e anniversaire de l’incident de Formosa

72
les 8 condamnés de l'incident de Formose (Photo Wikicommons)

Le DPP a organisé ce lundi au Grand hôtel un événement de commémoration de l’incident de Formosa. L’ancien premier ministre taiwanais, William Lai (賴清德), a rappelé que l’histoire n’est jamais à l’abri de se répéter et que des histoires terribles comme la terreur blanche ou l’incident du 28 février peuvent ressurgir si la démocratie n’est pas préservée.

L’incident du 10 Décembre 1979 à Kaohsiung impliquant l’édition du magazine Formosa a été une bataille pour l’obtention de la démocratie, de la liberté et des droits de l’homme. Parmi ceux qui se sont battus, huit ont été jugés en cour martiale mais par chance quinze jeunes avocats se sont levés pour défendre le respect des droits des taiwanais et empêcher la peine de mort, réduisant leur condamnation entre 12 ans de prison à une peine de prison à vie. Un autre groupe de 33 personnes avait été arrêté par la suite et cette fois jugé civilement et condamné pour deux à six ans de prison.

William Lai a également rappelé que depuis l’arrivée au pouvoir de la présidente Tsai Ing-wen, 5 837 condamnés ont été réhabilités : « Cette démocratie obtenue avec les efforts de tant de monde, il faut la chérir. Surtout à cette époque où les pressions chinoises sont omniprésentes, où la situation de Hong Kong s’aggrave encore, nous devons d’autant plus nous unir. Il ne faut pas que des événements comme les incidents de Formosa, du 28 février ou encore la période de la terreur blanche se reproduisent à Taiwan dans le futur . »

La secrétaire général à la présidence, Chen Chu (陳菊), ancienne maire de Kaohsiung, et faisant parti des huits condamnés à avoir été jugés devant la cour martiale, a déclaré qu’elle n’oublierait jamais l’aide et le soutien apportés par les avocats et l’église presbytérienne.