Les escargots sans coquilles de nouveau dans la rue

48
Source : CNA

L’union pour la réforme du droit au logement a lancé un nouveau mouvement d’occupation de l’espace public entre le 4 et le 9 novembre. Plusieurs militants en faveur d’amélioration des politiques du logement sont présents sur la place Longmen située dans l’arrondissement de Da’an de Taipei.

Hier soir, lors du lancement du mouvement, le député du new power parti, Huang Kuo-chuang (黃國昌), a déclaré qu’il y passerait la nuit du 8 novembre avec d’autres membres de diverses organisations. Huang I-chung (黃益中), président de l’association des logements convenables de Taiwan (TAHA), Lin Jou-min (林洲民), directeur du développement urbain de la ville de Taipei, Lu Ping-yi(呂秉怡), directeur de la fondation Tsuei ma-ma et Liao Ting-hui (廖庭輝) chercheur au sein du Social Housing Advocacy consortium, étaient aussi présents hier soir pour partager leur point de vue. Huang Kuo-chuang a déclaré dans une interview que le prix élevé des logements était un problème direct de la vie des jeunes. Selon lui ce problème en plus des bas salaires oppriment les jeunes et contribuent à la crise de la natalité. Il a aussi ajouté espérer que les politiciens ne se limitent pas à faire des déclarations pour soutenir la liberté d’expression à Hong Kong mais qu’ils se préoccupent aussi de la justice résidentielle dans leur propre pays.

Des activités seront organisées tous les soirs de l’événement. Les organisateurs appellent à un grand rassemblement le 9 novembre. 50 tentes ont été plantées pour l’occasion et environ 250 personnes se relaient pour assurer l’organisation des activités nocturnes.

Le lieu occupé avait déjà accueilli en 1989 le mouvement des escargots sans coquilles. 50 000 personnes s’étaient réunies et avaient passées une nuit dans cette même rue très commerçante pour protester contre l’augmentation des prix de l’immobilier. Si le mouvement n’avait pas duré dans le temps, il a contribué à l’émergence d’organisation, l’organisation OURs et la fondation Tsuei ma-ma, qui militent encore aujourd’hui pour l’amélioration des conditions d’accès au logement.