Fin de la polémique sur le message de voeux du premier ministre japonais à Taiwan

15
Original de lettre controversée avec la signature de Shinzo Abe (photo bureau de représentation à Fukuoka)

Lors de sa célébration de la fête nationale le 4 octobre dernier, la représentation taiwanaise à Fukuoka avait accroché un message de voeux à la République de Chine signé par Shinzo Abe.

En répondant à une question d’un journaliste japonais le 7 octobre, le secrétaire général adjoint du gouvernement japonais, Naoki Okada, a indiqué que Shinzo Abe n’avait pas envoyé de tel message provoquant une vague de réactions dans les médias.

Le 9 octobre, le premier Ministre Tsu Tseng-chang (蘇貞昌) avait demandé de faire la lumière sur cette histoire.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Joanne Ou (歐江安), a donc précisé ce mardi qu’il ne s’agissait pas d’un voeux fabriqué mais que ce dernier venait en réalité d’un élu local proche du premier ministre. Elle a voulu apaiser les réactions en déclarant que ni le message, ni sa diffusion n’étaient partis de mauvaises intentions et donc que l’incident n’avait pas une dimension assez grave pour entreprendre des sanctions : « Le bureau de représentation de Taipei à Fukuoka n’a pas considéré le caractère sensible des relations politiques entre Taiwan et le Japon. Des éléments de cette nature doivent être traités en faisant preuve de discrétion. Le bureau à Fukuoka a déclenché ainsi toute une série d’inquiétudes. C’est pour cette raison que le ministère des Affaires étrangères a averti solennellement le bureau de représentation à Fukuoka et à d’autres régions au Japon, et la représentation taiwanaise au Japon qu’ils doivent adopter une attitude prudente. »

Elle a ajouté que le ministère des Affaires étrangères avait l’habitude de traiter les lettres officielles de la part des gouvernements avec beaucoup de précaution que cet indicent n’avait pas de précédent.